То, что могло быть (Часть 4)

Президент все это время вертел в руках ручку, при этом – уткнувшись взглядом в карту и нараспев стал оправдываться.

-Мы ожидали, что Германия возьмет на себя первый удар и максимум, что удастся противнику там, продвинуться на пару десятков километров. Мы должны были помочь соседям и ввести свои войска. Вы спросите, почему мы этого не сделали? Я вам отвечу. Из почти 400 танков Бундесвер смог завести менее 200 танков. Из того мизера самолетов, что у них были, в небо могли подняться около трети, а вертолеты оказались боеспособными всего на 10%. Когда дело дошло до того, чтобы выводить армию из казарм, оказалось, что выйти может менее половины армии. Они сочли разумным капитулировать. Тем более, что там были какие-то свои договоренности. В общем, нам некуда было вводить войска.

Тут руку поднял холеный господи в очень дорогих очках. Президент кивнул и тот спросил:

-Так их техника так и не вышла из своих мест дислокации?

-Почему же не вышла? Вышла, конечно. И теперь она воюет против нас. Они вывели то, что было исправно, а потом выстроили в одну шеренгу технический персонал баз, где была нерабочая техника и расстреляли каждого десятого. Остальным дали три дня все починить и пообещали, что каждый день просрочки будет заканчиваться повторной децимацией.

-Но это же – зверство, мсье президент.

-Нет, дорогой мой. Это – великий народ. Правда величие у него, очень своеобразное.

-А что, кроме Германии восточнее не было никого, кто мог бы остановить врага?

-Например?

-Ну я не знаю, финны, поляки, украинцы… Где они? Почему они не остановили?

В ситуационном зале повисла напряденная тишина. Все понимали, что стресс давит на всех и сорваться может каждый, но у этого господина явно помутнился рассудок, поскольку он выкрикивал названия народов, о которых никто, ничего не слышал. Хотя, министр культуры Розелин Башло-Наркен что-то такое помнила из легенд о воинственных народах, но никак не могла вспомнить, что именно.

-Спасибо, мсье. Нам нужно сейчас же принимать решение. Все видят, к чему приводит дальнейшая война. Разрушения, смерть, насилие и разграбление. И неизвестно, сколько им осталось времени, чтобы захватить столицу, а потом – провозгласить собственное правительство.

-Но мсье, печать же у вас?

-Дорогой мой, таких печатей они наделают десятки. В общем, надо принимать решение, либо мы еще несколько дней сражаемся, либо подписываем перемирие и прекращение огня с тем, чтобы выйти на твердое мирное соглашение?

-А какой будет цена вопроса?

-Мы будем вынуждены уступить часть своих территорий.

-Но это неслыханно! Это – позор, в конце концов.

-Я, как президент, полностью с вами согласен. И более того, я и моя жена, каждый раз – негодуем, по этому поводу и уже неоднократно высказывали свою крайнюю озабоченность. Но давайте будем реалистами. Прутину надо сохранить лицо и не унижать его?

Он внимательно заглянул в лицо каждому из присутствующих и те по очереди опустили глаза. Никто не решился возразить и президент решил нажать.

-Если кто-то имеет мнение, отличное от мнения присутствующих, прошу высказываться и аргументировать, а мы – рассмотрим представленные аргументы.

Все стали оглядываться по сторонам, выискивая того, кто обзавелся собственным и одновременно – отличным от общего, мнением. Но таковых не оказалось. Все крутили головами по сторонам и никак не могли найти этого отщепенца. Президент выбрал все время паузы, чтобы каждый убедился в отсутствии других мнений и выну из-под стала рулон, развернул его на столе.

-На самом деле, не все так страшно. Да, столицу прийдется отдать, поскольку она не является предметом торга, но зато мы полностью возвращаем Юг и Лазурный берег.

-Минуточку, а как же столица?

-Не волнуйтесь. Я уже все предусмотрел. Мы переедем вот сюда.

Он наклонился над картой и ткнул ручкой в городок, под названием Виши.

-Это – уютный городок и уверяю вас, климат в нем даже лучше, чем в старой столице. И главное, поверьте моему опыту, все это будет носить временный характер. Нас непременно кто-то освободит.

-И действительно, в первый раз, что ли…

Все склонились над картой, в нижнем правом углу которой было что-то мелко написано по-немецки и крупно красовалась дата 1940 год.

17 Comments on "То, что могло быть (Часть 4)"

  1. Браво!!! А по прочтению, подумав, а шо, так и есть. Никто кроме нас. Но ведь настанет время “потом”. Дожить бы и посмотреть.

  2. Надеюсь кто-то из руководства Франции это прочтет и одумается ибо это позорище про сохранение лица и не унижение так и выглядит со стороны как описано выше.

    • Франція, як військова держава закінчилася на Наполеоні, тепер там самі виблядки, алжирські херої, якщо зрозуміло про що я.

  3. Шедеврально!

  4. Мені перехотілося їздити Західною Європою і фотографувати затишні містечка зі старовинними будинками. Таких містечок і будинків майже не залишилося в Україні і у Польші. Щось вдалося відбудувати за старими кресленнями і світлинами, але варто побачіти як виглядали польські і українські міста одразу після війни і бомбардувань, щоб зрозуміти, що оригінальних будинків і вулиць майже не залишилося.
    Французи пишаються своєю архітектурною спадщіною. Але це все було куплене кров”ю людей, що боролися. Нашою кров”ю. Тому вважаю, що після нашої перемоги треба зогранізувати тури для ситих мешканців Західної Європи. Нехай приїздять і фотографують те, що залишилось від наших міст і вулиць. А потім вертаються до себе. Дивляться на свої гарні будиночки і роблять висновки.

    • Не поедут они, смотреть не будут, выводы делать не будут-им так удобно и они живут в тишине десятками лет, если не столетиями. А ехать и сотреть на чью то боль, оно надо? А статья хорошая, перевести бы ее на французкий и направить тому, кто заботится про хуйла.

  5. Было бы прекрасно перевести этот текст на французский и опубликовать в самых читаемых ресурсах Франции, а может даже и других Европейских стран сродни Германии и Италии.

  6. Назвать трусостью то, что часто исходит из нынешних Парижа и Берлина, мало. Это не просто трусость, это ещё и неимоверное историческое невежество. Неужели такое поведение всегда является платой за экономическое процветание? Нет, это – особенности национального характера.

  7. Тепер ясно, як у французькій мові виникло слово “бістро”. 🙂

  8. Igor Levchenko | 5 Червня, 2022 at 15:32 |

    Cela fait environ deux semaines que je prévois d’écrire quelque chose dans le style buffle, mais l’idée était de le rendre facile à traduire en français, sans épithètes et constructions dont le sens tuerait la traduction “de plein fouet”, et en tirant quelques analogies qu’ils comprennent est dans la catégorie “littérature étrangère”, donc j’ai dû abandonner et écrire comme ça vient. De manière générale, le texte suivant est une bouffonnerie et doit être traité comme tel.
    ***
    Au cours des 100 dernières années, il y a eu en Europe deux pays qui n’étaient pas des empires à proprement parler et qui, en général, ne revendiquaient pas ce titre monstrueux, mais qui se sont néanmoins montrés des combattants, capables de résister jusqu’à la dernière occasion et même après que cette occasion ait été perdue. Nous parlons de la Pologne et de l’Ukraine. Quant à la Pologne, tout le monde se souvient très bien comment, en septembre 1939, son armée s’est battue jusqu’au bout, sans l’aide des alliés dont elle disposait.
    Et quand les observateurs historiques disent que la position géographique de la Pologne était telle qu’il était impossible d’atteindre son plus proche allié, la France, parce qu’ils étaient séparés par le pays agresseur, le Troisième Reich. La conclusion est que même si Paris avait décidé d’aider les alliés polonais, il n’y avait aucune possibilité en principe. Mais un tel concept conduit doucement et affectueusement le lecteur ou le chercheur à s’éloigner de la conclusion simple qui se trouve à la surface.
    L’Allemagne attaque la Pologne le 1er septembre, et le 3 septembre, la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l’Allemagne. Le raisonnement supplémentaire est que Paris n’avait aucune possibilité de jeter des troupes en Pologne, et encore moins qu’il était impossible de le faire rapidement. Mais en réalité, après la déclaration de guerre, la France n’avait pas besoin d’entrer en Pologne et aurait dû attaquer le territoire de l’Allemagne, avec laquelle elle partage une frontière terrestre et presque aucune troupe ennemie à cette frontière.
    Non seulement nous l’avons compris, mais les Polonais l’ont compris aussi, en ce même mois de septembre. Ils s’attendaient sûrement à une contre-attaque de l’allié, mais ils n’ont pas attendu. Au lieu de cela, ils ont reçu une contre-attaque des bolcheviks, qui a finalement décidé du cours de la bataille. Mais même après la défaite, une partie importante de l’armée polonaise est partie par le biais de pays tiers, une partie par voie maritime en passant par la Suède et une autre par voie terrestre, à travers le Moyen-Orient et l’Afrique, a atteint les Alliés et est devenue une composante très importante des forces terrestres sous le commandement général de la Grande-Bretagne. Et d’ailleurs, les Polonais ont combattu avec résilience et efficacité. La célèbre bataille de Monte Cassino est devenue l’une des plus célèbres, où les Polonais ont joué un rôle décisif.
    En ce qui concerne l’Ukraine, nous savons également comment nos héros de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne ont combattu les envahisseurs allemands et rouges. Même 15 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils étaient engagés dans une résistance armée contre un envahisseur restant. Ainsi, lorsqu’il s’agit de savoir quelles armées prétendent être les plus inébranlables et les plus dures envers l’ennemi, la réponse est simple et directe. Ainsi, pour notre scène, nous supposerons qu’à un moment donné, l’Europe s’est retrouvée sans l’Ukraine et la Pologne. Ils n’existent tout simplement pas et, par conséquent, dans cette scène, nous ne les prenons pas en compte. Et puis il y a une description des événements en cours.

    Vers six heures du matin, les sirènes de raid aérien ont retenti dans des dizaines d’endroits de la ville. La ville avait déjà l’air endormi à cette heure, avec un minimum de personnes dans les rues, car depuis l’avant-guerre les gens sont habitués à ce que les services publics travaillent à une heure matinale et en particulier aux machines spéciales qui lavent les trottoirs, ce qui empêche les piétons de marcher. Mais aujourd’hui, on ne voit plus ces machines.
    Le sifflement caractéristique des missiles de croisière a d’abord été entendu par les habitants de la banlieue est et par un petit nombre de membres du personnel de l’aéroport international Charles de Gaulle, longtemps déserté, et du vieux Bourget. Sur les six missiles, deux ont été abattus par les forces de défense aérienne. Leurs débris sont tombés précisément sur l’aérodrome du Bourget. Le premier missile a touché la butte Montmartre, non loin de la cathédrale du Sacré-Cœur. Le deuxième missile a manqué le palais de l’Élysée et a failli toucher l’Opéra Garnier, qui était couvert de sacs de sable et a explosé bruyamment dans la zone densément bâtie. Une fumée gris foncé commence à s’élever au-dessus du boulevard des Capucins. Une autre fusée vole en direction de la maison des Invalides, où les militaires ont provisoirement installé leurs tentes. Le dernier s’est dirigé vers la banlieue ouest, dans la zone de la Défense, où se trouvait également une unité militaire.
    Ce n’était pas la première attaque à la roquette sur la ville et dès qu’il est apparu que cette vague de bombardements était terminée, les véhicules des services spéciaux – police, gendarmerie, pompiers, ambulances – ont volé vers les endroits où les roquettes étaient arrivées. La ville silencieuse a fait écho au son de leurs sirènes particulières, mais personne n’est sorti dans les rues. Certains ont eu le temps de descendre dans les sous-sols des maisons, d’où partaient depuis l’Antiquité des passages vers les catacombes, d’autres sont allés passer la nuit dans les souterrains, car il vaut mieux prendre ses précautions et se mettre à l’abri que de voler au son d’une sirène. D’autant plus aux premières heures du matin, lorsque l’on dort profondément et que l’on n’entend pas forcément les sirènes de raid aérien.
    En de telles occasions, les gens regardent d’un air dépité dans leur smartphone pour savoir où les missiles ont atterri dans leur ville ou à Marseille, que l’ennemi bloque depuis des semaines, ainsi que la marine à Toulon. Là, les navires ont été partiellement endommagés et partiellement mis hors service par des saboteurs de la Russie, le pays ennemi. Maintenant ils ont jeté leurs masques, et il est devenu clair pour tout le monde que la “grande nation” qu’ils considéraient comme leur patrie, et eux-mêmes n’étaient que des ennemis bien déguisés et maintenant – travaillaient pleinement pour l’agresseur. Ils donnaient des instructions de ciblage pour les frappes de missiles et d’artillerie.
    Eh bien, sur la Côte d’Azur, où ils étaient traditionnellement nombreux, c’était même sans combat. L’ennemi atteint Nice en quelques heures seulement et la ville se rend sans combattre. Un Gauleiter local y avait déjà été nommé, et la ville elle-même était devenue une base arrière et, en même temps, un lieu de loisirs pour les unités qui venaient du front.
    Les nouvelles n’étaient clairement pas réjouissantes, non seulement du sud, mais aussi de l’est. L’ennemi avait réussi à profiter du fait que les ponts près de Strasbourg, qui avaient été minés avant le début de l’agression, avaient été dégagés sur l’ordre de quelque fonctionnaire parisien et que les véhicules blindés y avaient afflué. La ville elle-même a subi peu de dégâts, mais Nancy n’a pas eu de chance. La première ligne de défense, très dense, avait été établie dans ses faubourgs et la ville était donc exposée à une quantité monstrueuse de tirs d’artillerie.
    Vers la fin, les arrivées de gros calibres ne provoquaient plus d’incendies, car tout ce qui pouvait brûler dans la ville avait déjà brûlé. Nancy avait cessé d’exister en tant qu’unité administrative et géographique, mais elle continuait d’être bombardée parce que la logistique y passait. Finalement, les troupes ont dû battre en retraite, car il était insensé de tenir un désert de briques et de béton brisés. La ligne défensive suivante était une ligne nord-sud le long de la ville de Reims. Quelques jours plus tôt, Lille était également tombée, pour la même raison que Nancy.
    Le gouvernement avait depuis longtemps quitté la capitale et était stationné dans l’une des installations hautement classifiées, de type bunker. Les troupes étaient gérées à partir d’un autre endroit, et voici les dirigeants politiques. Il était temps de prendre une décision politique, de continuer à se battre ou de trouver une autre solution. Et dans cette situation, la décision a été dictée par l’ennemi. Il offrait de lui céder les territoires qu’il avait déjà saisis et certains des territoires qu’il considérait comme son prix légitime dans cette guerre.
    Mais des sources au sein de la direction de l’ennemi ont indiqué que l’agresseur était prêt à accepter une sorte de compromis. Cela signifie qu’il est prêt à retirer ses troupes de certaines parties des territoires dont il s’est déjà emparé, en particulier – à débloquer Marseille et Toulon et même à abandonner la Côte d’Azur. Au lieu de cela, il souhaitait obtenir certains des territoires du nord sans se battre. Le choix était tout simplement dégoûtant, mais d’un autre côté, l’ennemi avançait et il fallait soit se battre jusqu’au bout, en essayant d’infliger le plus de dégâts possibles et en incitant la population des territoires occupés à résister, soit faire un compromis dès maintenant.
    D’autant plus que l’on entend des rapports horribles en provenance de ces mêmes territoires, selon lesquels les troupes ennemies abattent arbitrairement des civils, torturent un grand nombre d’entre eux, ce qui n’est rien à côté de l’Inquisition espagnole, et il semble qu’elles aient entrepris de violer toute population féminine un tant soit peu âgée ou physiquement apte.
    Chaque jour de procrastination a conduit l’ennemi à se rapprocher de plus en plus de l’exécution de ce plan. De plus, le butin affluait de là-bas. De plus, l’ennemi n’a pas hésité à prendre les effets personnels de la population ou ce qu’il a trouvé dans les cafés et les magasins, mais il a pris des équipements industriels, des machines et même l’ameublement des restaurants et des églises. Quoi qu’il en soit, le moment était venu de prendre une décision et, avant de se présenter devant son gouvernement, le président s’est longuement entretenu avec sa femme, devenant de plus en plus certain que son opinion était correcte. Quelques minutes plus tard, il était déjà assis à une grande table dans la salle de situation où se trouvaient tous les personnages clés du gouvernement de la république. Il leur jeta un regard et commença à parler.
    -Monsieur, la situation est catastrophique. Comme vous le savez, l’ennemi a promis de prendre la capitale en trois jours, mais jusqu’à présent, il a réussi à atteindre Compiègne par le Nord et Reims par l’Est. Il lui a fallu dix jours pour y parvenir. Et comme vous le savez, il a promis de prendre le contrôle total de notre pays en deux semaines. Comme on peut le voir, la capitale vient d’être bombardée et l’ennemi continue d’avancer, la situation est très difficile. Quelle est votre opinion à ce sujet ?
    Une dame a pris la parole et a essayé de lire quelque chose sur une feuille mais l’a ensuite mise de côté et a posé une question.
    -Comment se fait-il que nous n’ayons pas pu arrêter l’ennemi à la frontière ? Pourquoi a-t-il pu atteindre presque la périphérie de la capitale ? Comment se fait-il qu’il ait réussi à s’emparer de vastes territoires dans le Sud presque sans combat, et pourquoi notre flotte n’a-t-elle pas été assiégée à sa base de Toulon, et pourtant Marseille est sous un bombardement constant ?
    Elle a pris son dépliant, a parcouru rapidement le texte à nouveau, mais a décidé que ce qui avait été dit serait suffisant. Elle s’est effondrée sans bruit et en quelque sorte sans défense sur son siège, comme si elle attendait le soutien et l’aide de ses collègues. Mais dans leurs yeux, elle n’en a pas perçu le moindre soupçon, et elle a reculé instantanément.
    Le président, quant à lui, se tourne les pouces avec son stylo tout en regardant la carte et commence à s’excuser d’une voix bourrue.
    -Nous nous attendions à ce que l’Allemagne prenne le premier coup et que l’ennemi parvienne au maximum à se déplacer de quelques dizaines de kilomètres. Nous aurions dû aider nos voisins et introduire nos troupes. Vous demanderez pourquoi nous ne l’avons pas fait ? Je vais vous répondre. Sur près de 400 chars, la Bundeswehr a pu en faire venir moins de 200. Sur les quelques avions dont ils disposaient, seul un tiers pouvait décoller et les hélicoptères n’étaient prêts au combat qu’à 10 %. Lorsqu’il a fallu retirer l’armée des casernes, il s’est avéré que moins de la moitié de l’armée pouvait sortir. Ils ont trouvé prudent de se rendre. D’autant plus qu’il y avait quelques arrangements de leur côté. En bref, il n’y avait nulle part où nous pouvions faire venir des troupes.
    Puis un gentleman bien soigné avec des lunettes très chères a levé la main. Le président a hoché la tête et a demandé :
    -Donc leur équipement n’a jamais quitté leurs sites de déploiement ?
    Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ? Ils l’ont fait, bien sûr. Et maintenant, ils se battent contre nous. Ils ont sorti les équipements en bon état de marche, puis ont aligné le personnel technique des bases où les équipements n’étaient pas en état de marche et ont abattu un homme sur dix. Les autres ont eu trois jours pour tout réparer et ont reçu la promesse que chaque jour de retard entraînerait une deuxième décimation.
    -Mais c’est une atrocité, Monsieur le Président.
    -Non, ma chère. C’est une grande nation. Mais leur grandeur est très particulière.
    -Il n’y avait personne pour arrêter l’ennemi à part l’Allemagne à l’est ?
    -Par exemple ?
    -Je ne sais pas, les Finlandais, les Polonais, les Ukrainiens… -Où sont-ils ? Pourquoi n’ont-ils pas arrêté ?
    Il y avait un silence tendu dans la salle de situation. Tout le monde était conscient que le stress atteignait tout le monde et que tout le monde pouvait craquer, mais le monsieur perdait clairement la tête en criant les noms de personnes dont personne n’avait jamais entendu parler. Bien que la ministre de la Culture Roseline Bashlo-Narken se soit souvenue de quelque chose dans les légendes des peuples guerriers, elle n’a pas pu se rappeler ce que c’était.
    -Merci, monsieur. Nous devons prendre une décision maintenant. Tout le monde peut voir à quoi mène une guerre supplémentaire. Destruction, mort, violence et pillage. Et on ne sait pas combien de temps il leur faudra pour capturer la capitale et ensuite déclarer leur propre gouvernement.
    -Mais monsieur, vous avez le sceau, n’est-ce pas ?
    -Mon cher, ils vont faire des dizaines de sceaux. Nous devons donc prendre une décision : soit nous nous battons encore quelques jours, soit nous signons une trêve et un cessez-le-feu afin de parvenir à un accord de paix ferme ?
    -Quel sera le prix de l’émission ?
    -Nous serons obligés de céder certains de nos territoires.
    -Mais c’est du jamais vu ! C’est une honte, après tout.
    -Je suis, en tant que président, entièrement d’accord avec vous. Et en plus, ma femme et moi, à chaque fois – nous en sommes indignés et nous avons exprimé à plusieurs reprises notre plus grande inquiétude. Mais soyons réalistes. Prutin doit sauver la face et ne pas l’humilier ?
    Il a regardé attentivement le visage de toutes les personnes présentes et celles-ci ont à leur tour baissé les yeux. Personne n’a osé objecter et le président a décidé de poursuivre.
    -Si quelqu’un a une opinion différente de celle des personnes présentes, qu’il prenne la parole et argumente, et nous prendrons en compte les arguments présentés.
    Tout le monde a commencé à chercher quelqu’un qui avait son propre avis, et en même temps un avis différent. Il n’y en avait pas. Tout le monde a tourné la tête sur le côté et n’a pas pu trouver ce renégat. Le président choisit une pause pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’autres avis et sortit un rouleau de dessous et le déplia sur la table.
    -Ce n’est vraiment pas si mal. Oui, nous devons renoncer à la capitale parce qu’elle n’est pas négociable, mais nous récupérons le Sud et la Côte d’Azur dans leur intégralité.
    -Attendez une minute, qu’en est-il de la capitale ?
    -Ne vous inquiétez pas. J’ai déjà pensé à tout. Nous allons nous installer ici.
    Il s’est penché sur la carte et a désigné une ville appelée Vichy.
    -C’est une petite ville accueillante et je vous assure que le climat y est encore meilleur que dans l’ancienne capitale. Et surtout, croyez-en mon expérience, tout cela sera temporaire. Quelqu’un va nous libérer, c’est sûr.
    C’est vraiment la première fois, n’est-ce pas ?
    Tout le monde était penché sur la carte, dans le coin inférieur droit de laquelle quelque chose était écrit en allemand et la date de 1940 était en grosses lettres.

  9. Igor Levchenko | 5 Червня, 2022 at 15:37 |

    Переклав за допомогою Deep Translate у двох нгапрямках, щоб локалізувати неточності перекладу. Здається переклало добре, бо неточності непомітно. Користуйтесь, я викладу на сторінці Фейсбук, де є багато франкомовних друзів.
    З повагою до товариства,Ігор.

  10. Это жанр альтернативной истории, с юмором.
    А что касается поступков в масштабах отдельной страны — каждый сам себе режиссёр. Тридцать лет украинцы шли к тому, чтобы ну просто заманить к себе россиян и встречать их без своего оружия. Тридцать лет!!!!! Старались как могли. Люди разные и вопрос в процентах.

  11. rudolf_bochkin | 5 Червня, 2022 at 18:40 |

    Першим, з ким зустрічався тоді ще кандидат Зеленський, був президент Макрон.
    12.04.2022
    Сов падєніє

  12. rudolf_bochkin | 5 Червня, 2022 at 18:41 |

    12.04.2019 помилився

  13. Сергій-Львів | 5 Червня, 2022 at 18:59 |

    Хороший авторський задум – спочатку сприймалось як абстракція, десь посередині сплило з пам’яті слово Віші, а наприкінці – точно, Віші. Дійсно, якщо слово в слово перенести історичні реалії 1940 року у наш час, можливо щось у французів здригнеться, можливо навіть стане соромно за свою недалекоглядність, можливо зрозуміють справжню ціну свого мирного існування – ціну, яку платить український народ життями своїх героїв.

  14. Чтобы лучше понимать происходящее сейчас просто необходимо заглядывать за временной горизонт.По деталям могут быть разногласия,Но,общий план раскрыт довольно интересно и скорее всего-реальность его воплощения в жизнь , стояла на Трёх,нет не китах а днях отпущенных на захват Киева.Европа по самое нихочу обязанна Украине и украинцам участвовавших и участвующих в его разрушении.Слава Украине!!!Автору👍👍👍.

    • Так Европа и понимает. Сейчас очень даже “проснулась”! Ну а выражение “в семье не без урода” не зря ж как то родилось 🙂

Comments are closed.